Bandeau anim

JSP_Bandeau

Jardiner ses possibles

 Logo-footer

Slider

slider01

Les plus belles vacances
créatives d'Europe

slider02

slider03

Un laboratoire du mieux-vivre, authenticité, simplicité, créativité…
Oser vivre à son rythme

slider04

Retrouvez votre âme d'enfant grâce à 800 ateliers à découvrir 

photo FB new

 

Nous contacter

8 Boulevard de Suzac, 17 132 Meschers

info@jardiner-ses-possibles.org

Tél. (+33)1 43 39 36 97

Actualités

Affiche semaine ultime et week end

Semaine ultime et week end OASIS

La dernière semaine du mois d'aout sera une semaine autogérée du 29 au 5 septembre et elle sera suivie du week end des oasis du possible dont vous pouvez retrouver le programme sur ce site
 vendredi 28 août 2020

Activités / dates

Tango sensitif

Anne-Marie Paillard. Professeur d’éducation physique, danseuse

contemporaine, pratique des méthodes Feldenkreis et Alexander,

animatrice d’atelier de tango argentin.

 

« Ma méthode est basée sur un constat. Celui de voir des débutants en grosse

diffi culté abandonner. Il y a une aura dramatique autour du tango : c’est

complexe, il faut des années ! Mon métier m’a appris à lire les corps. Cette

connaissance du mouvement m’a permis de chercher une autre approche.

Au fond le tango c’est quoi ? C’est une marche avec des changements de

direction, des arrêts, des suspensions, de temps en temps ça va vite, de temps

en temps ça va lentement… Les « fondamentaux » du tango c’est des appuis,

des changements de poids du corps, des changements de direction, un volume

à deux, un entre-deux parce qu’il y a deux personnes en face et, au milieu,

quelque chose qui se passe – c’est même là que beaucoup de choses se passent !

Tout ce que j’ai observé et appris depuis des années je l’ai transféré au tango.

Avec la volonté que ce soit ludique et que les débutants ne se découragent

pas. Mon postulat était : ne pas compter, ne pas apprendre les formes. J’irai

jusqu’à dire qu’il n’y a pas de pas de base. Le tango contrairement à d’autres

danses de salon se conjugue sur le ressenti et sur le rapport à deux. Je fais

donc travailler l’écoute et la « disponibilité corporelle » - car à chaque pas de

tango il y a cent possibilités ! Autrement dit l’homme doit se trouver dans un

état d’improvisation. Il ne s’agit pas de « réciter » sa salida, il s’agit de danser

en gérant le couple, l’espace, les autres qui font obstacle… Si le cavalier ne

plaque pas ses fi gures, s’il met du sens, la femme suit. Les formes viendront

toutes seules, d’elles-mêmes. »

 

« Une façon effi cace, unique et délicieuse d’enseigner le tango argentin. Anne-

Marie nous fait traverser la salle comme si on était dans les rues de New York et

qu’on voulait sans cesse changer de direction. Et voilà qu’on découvre le pivot !

Le groupe se met en chenille, on se balance en suivant la tête de chenille. Et voilà

qu’on découvre le transfert du poids du corps… »                                                       Dane