Bandeau anim

JSP_Bandeau

Jardiner ses possibles

 Logo-footer

Slider

slider01

Les plus belles vacances
créatives d'Europe

slider02

slider03

Un laboratoire du mieux-vivre, authenticité, simplicité, créativité…
Oser vivre à son rythme

slider04

Retrouvez votre âme d'enfant grâce à 800 ateliers à découvrir 

photo FB new

 

Nous contacter

8 Boulevard de Suzac, 17 132 Meschers

info@jardiner-ses-possibles.org

Tél. (+33)1 43 39 36 97

Actualités

Affiche semaine ultime et week end

Semaine ultime et week end OASIS

La dernière semaine du mois d'aout sera une semaine autogérée du 29 au 5 septembre et elle sera suivie du week end des oasis du possible dont vous pouvez retrouver le programme sur ce site
 vendredi 28 août 2020

Activités / dates

Zazen

Faire zazen c’est s’asseoir en tailleur « pousser la terre avec ses

genoux et le ciel avec la tête » disait, Teizen Deshimaru. Le but de

la technique n’est pas de maîtriser la respiration, mais d’utiliser la

respiration pour revenir au présent. Inutile de devenir moine pour

s’offrir quelques instants méditatifs. De plus en plus de personnes

adoptent des techniques de méditation pour se relaxer. L’américain

Kenneth Pelletier qui a mené une recherche sur le vieillissement en

a conclu que ceux qui vieillissent le mieux pratiquent tous une forme

ou une autre de méditation. Ses bienfaits : réduction de la pression

sanguine, diminution de la pression artérielle et de la production de gaz

carbonique, ralentissement des rythmes cardiaques et respiratoires,

baisse du taux de cholestérol ; renforcement du système immunitaire.

A méditer !

Pour Philippe, informaticien, zazen c’est la découverte du calme

intérieur : « Je n’avais jamais pris conscience à quel point je « moulinais »

en permanence. »

 

            « En zazen on s’assied sur un coussin, jambes croisées, le dos vertical.

            Le corps devient trait d’union entre le ciel et la terre. Ainsi nous

            relâchons les tensions accumulées dans note corps par un ego qui,

            pas très sûr d’exister réellement, en fait toujours trop pour avoir l’air

            de. Combien de fois par jour les épaules se tendent-elles quand on se

            croit lésés ? Combien de fois s’empêche-t-on d’inspirer profondément

            parce que suspendu à ses pensées, on en oublie d’expirer ? Que de fois

            le dos devient douloureux quand on se charge de toutes les demandes

            auxquelles on s’efforce de répondre pour mériter le droit d’exister

            en glanant au passage quelque reconnaissance et un peu d’amour ?

            Se concentrer sur la posture zazen est une manière assez simple de laisser

            se défaire les noeuds avec lesquels nous nous ligotons nous-mêmes. »

                                                                                  Roland Yuno Rech.