Bandeau anim

JSP_Bandeau

Jardiner ses possibles

 Logo-footer

Slider

slider01

Les plus belles vacances
créatives d'Europe

slider02

slider03

Un laboratoire du mieux-vivre, authenticité, simplicité, créativité…
Oser vivre à son rythme

slider04

Retrouvez votre âme d'enfant grâce à 800 ateliers à découvrir 

photo FB new

 

Nous contacter

8 Boulevard de Suzac, 17 132 Meschers

info@jardiner-ses-possibles.org

Tél. (+33)1 43 39 36 97

Actualités

Affiche semaine ultime et week end

Semaine ultime et week end OASIS

La dernière semaine du mois d'aout sera une semaine autogérée du 29 au 5 septembre et elle sera suivie du week end des oasis du possible dont vous pouvez retrouver le programme sur ce site
 vendredi 28 août 2020

Activités / dates

Extime

Un néologisme, un mot nouveau pour dire le rôle agissant de

l’intériorité dans la construction de l’individu moderne et ses

socialisations émergentes. Ce peut être dévoyé vers l’exhibitionnisme

ou au contraire une véritable découverte de l’universel par l’intérieur.

Notre point d’assemblage bouge il se fait au sein même de l’individu.

Nous sommes moins dans une identité pour l’autre que pour soi.

L’intériorité se cultive dans des activités et des ambiances protégées

spécifi ques où elle peut grandir. Elle naît et se renforce petit à petit par

des partages de qualité ; ces partages débordent du cadre traditionnel

réservé au couple ou à la famille. Le processus a en effet besoin de

médiation particulière, d’espaces où le « je » va pouvoir émerger, se

découvrir « autre », tisser des liens avec le monde. Mon intimité va

pouvoir se socialiser dans la reconnaissance et l’épanouissement de

mes goûts, de ma sensibilité, de mon histoire, de mon patrimoine

culturel. Ces espaces sont ceux du développement personnel, ceux

des ateliers de médiation comme l’écriture ou les arts plastiques.

Aujourd’hui on est amené à parler de soi. Pas vraiment le choix. Pourquoi

tu es journaliste ? Prof ? C’est quoi être mère ? C’est quoi pour toi d’être

catholique, athée, musulman, juif, animiste, agnostique ?… Avant on

s’exprimait par cliché. On n’avait pas à répondre personnellement.

Les dictons servaient de pensées. Que ressentez-vous à l’annonce de

cet accident ? Réponse : Tant va la cruche à l’eau qu’un jour elle se

casse ! Terminé, rien à rajouter ! Aujourd’hui nous sommes interpellés

sur notre « assemblage » personnel, sur notre place spécifi que, celle

que nous avons déterminée et non plus celle donnée par le corps

social. Passionnante mais lourde charge !

La culture de l’extime commence très petit : Même dans le désir de nos

antécédents, elle peut être favorisée ou inhibée dans l’oeuf, en « mettant

la honte » comme disent les « djeuns ». Exemple : un enfant court, il

tombe, il est choqué, ses parents peuvent le rabrouer ou le surcharger

de leur inquiétude. Ils peuvent aussi prendre le temps de l’écouter, lui

permettre de dire ce qu’il ressent, dans quelle partie de son corps ? La

peur qu’il a eue ? Sa surprise ? Qu’est ce qui s’est passé pour lui… C’est

le « parle être » de Françoise Dolto qui permet de pister les ressentis et

de mettre du sens et des mots au coeur même de l’expérience. Cette

approche « du fi l de soi » est cumulative, une véritable compétence

se construit tant chez les parents que chez l’enfant dans l’exemple

présenté, mais de façon plus large dans cette faculté à s’ouvrir dans

un environnement contenant qui prend suffi samment bien soin de moi.

Ronald Winnicott à parler d’espace transitionnel et potentiel.

 

Dans l’extime chacun élabore son récit particulier. Et la résonance

d’un autre à l’attitude bienveillante cimente cette construction. Je

suis un des six milliards de bipèdes sur la terre et voilà qui je suis !

Extimer, c’est trouver son récit, son authenticité. Comme dans un

journal qui ne serait plus intime mais extime – et d’ailleurs ne l’at-

il pas toujours été ? J’apprends les percussions, je m’essaie à la

sculpture, j’écris un conte… et le groupe contenant m’aide à m’affi rmer.

A déconstruire et reconstruire mon « je » incertain, constamment

renouvelé et qui pourtant s’incarne progressivement. C’est le processus

d’individuation. Je me lance et l’autre me reçoit. Il me permet de mettre

en jeu mon intimité - et donc ma fragilité - qui est une des conditions

de la créativité. Ainsi l’Espace favorise la capacité d’être « passeur »,

d’être en résonance avec ce qui est en train de se faire, chez l’autre :

apprentissage, découverte, remise en cause, projet…