Bandeau anim

JSP_Bandeau

Jardiner ses possibles

 Logo-footer

Slider

slider01

Les plus belles vacances
créatives d'Europe

slider02

slider03

Un laboratoire du mieux-vivre, authenticité, simplicité, créativité…
Oser vivre à son rythme

slider04

Retrouvez votre âme d'enfant grâce à 800 ateliers à découvrir 

photo FB new

 

Nous contacter

8 Boulevard de Suzac, 17 132 Meschers

info@jardiner-ses-possibles.org

Tél. (+33)1 43 39 36 97

Actualités

Affiche semaine ultime et week end

Semaine ultime et week end OASIS

La dernière semaine du mois d'aout sera une semaine autogérée du 29 au 5 septembre et elle sera suivie du week end des oasis du possible dont vous pouvez retrouver le programme sur ce site
 vendredi 28 août 2020

Activités / dates

Intelligence participative (ou collective)

« Chez vous deux plus deux font quatre, chez nous, disait un sage

chinois, deux et deux font vingt-deux… » Il arrive aussi que deux plus

deux fassent moins que deux ! Autrement dit « la pensée de groupe »

est régressive et fusionnelle - souvenons-nous de la chanson de

Brassens : « quand on est plus de deux, on est une bande de… ». En

groupe, nous sommes tous, si nous n’y prenons garde, des moutons.

Certains groupes ne sont qu’une collection d’individus sans vraie

dynamique d’ensemble, chacun demeurant fi gés dans son rôle

et ses compétences isolées, avec une conscience très réduite des

intérêts communs et contracté dans une logique de territoire, sans

vrai partage entre les individus, sans idée qu’il y a des enjeux à vivre

collectivement.

Kurt Lewin a été le premier à réfl échir aux bases de l’intelligence

participative, on lui doit l’expression « dynamique de groupe ».

L’intelligence participative désigne les capacités cognitives d’une

communauté résultant des interactions multiples entre ses

membres. Les éléments portés à la connaissance des membres de la

communauté font qu’ils ne possèdent qu’une perception partielle de

l’environnement et n’ont pas conscience de la totalité des éléments

qui infl uencent le groupe. Des agents au comportement très simple

peuvent ainsi accomplir des tâches apparemment très complexes

grâce à un mécanisme fondamental appelé synergie. Sous certaines

conditions particulières, la synergie créée par la collaboration fait

émerger des facultés de représentation, de création et d’apprentissage

supérieures à celles des individus isolés.

Apprendre à vivre et faire équipe, s’éveiller à l’action collective, est

un des objectifs principaux de notre Association. Il s’agit de mettre

en place des logiques transversales où se développent écoute et

solidarité. La compétence complexe consiste aussi à savoir dépasser

les points de vue divergents ou contradictoires. Dans ce type de groupe,

il est important qu’une fraction importante des participants soient

« suffi samment conscients de leurs identités et de leurs complémentarité

pour pouvoir les dépasser et se centrer sur le sens et une vision commune »

(V. Lenhardt). Ils portent alors l’ensemble du groupe.

 

Dans les ateliers, mais aussi dans beaucoup de moments de vie à

l’Espace, nous constituons des contextes ou chacun est invité à :

            1. doser le rythme de sa participation, chacun ayant une fourchette

                        particulière de résilience qu’il convient de ne pas outrepasser :

                        une partie de soi-même doit toujours rester dans la position

                        d’observateur régulateur ;

            2. retrouver l’esprit d’exploration, de curiosité propre à l’enfant mais

                        aussi à tout vrai chercheur ;

            3. acquérir les ressources pour faire face ;

            4. se dépasser avec mesure ;

            5. et bien sur lâcher et vivre le fl ot de la vie.

 

Chacun - et a fortiori le proposant - doit permettre l’inclusion du

groupe, être sensible à sa répartition dans l’espace, connaître les

objectifs de la réunion ou poser la question qui permettra de les

clarifi er, déterminer qui orchestre les échanges, quel investissement

est demandé aux participants, repérer la durée prévue, évaluer

la capacité démocratique : le droit d’exprimer son désaccord, de

manifester son émotion... Certaines personnes sont naturellement

douées pour faire le lien à l’intérieur d’un groupe : elles ne doivent pas

hésiter à demander à être facilitateur de groupe si elle sentent cette

disposition en elles-mêmes. Chacun a un rôle à jouer. Les groupes

à l’Espace fonctionnent un peu comme des ensembles de jazz :

grande liberté d’improvisation de chacun, et nécessité de trouver une

harmonie d’ensemble et une résonance juste.

L’association s’inspire des notions « d’organisation apprenante ».

Fonctionnant sur le bénévolat, une grande part des fonctionnements

sont laissés à l’initiatives de membres qui prennent en main des

parties importantes de l’organisation. Ex : Les grandes oreilles-coach,

la synergie, les soirées, les réunions… Au fur et à mesure les solutions

aux diffi cultés et les innovations trouvées sont intégrées à la marches

des semaines suivantes.

 

L’énergie de groupe apporte incontestablement un plus :

« Je suis époustouflée par ce que chacun libère de son potentiel.

On avance à une vitesse incomparable. Comme si on gagnait du

temps ».

Marie-Christine, artiste pédagogue.